FR / ES

Informations sur l’Algérie

PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES

2012 2013 2014(p)
Croissance PIB (%) 3,3 3,0 4,0
Inflation (moyenne annuelle) 8,9 3,3  4,0
Solde budgétaire / PIB (%)  -4,5  -1,5 -2,0
Solde courant / PIB (%)  6,0 1,0 0,2
Dette publique / PIB (%) 9,2 9,4 10,2
(p) Prévisions

POINTS FORTS

> Importantes réserves de pétrole et de gaz
> Potentiel dans les domaines des énergies renouvelables et du tourisme
> Solide situation financière extérieur (très faible endettement extérieur, énorme réserves de change)
> Politiques publiques visant une diversification économique

POINTS FAIBLES

> Forte dépendance envers les hydrocarbures et problèmes d’utilisation de cette rente
> Poids économique excessif du secteur public
> Taux de chômage élevé des jeunes
> Poids excessif du secteur public
> Lourdeurs bureaucratiques et environnement des affaires problématique.

Appréciation du risque

Rebond de la croissance, toujours tirée principalement par le secteur des hydrocarbures et la dépense publique

La croissance a été moins élevée que prévu en 2013, du fait principalement d’une baisse de la production d’hydrocarbures, en raison notamment de l’impact négatif de l’attaque terroriste contre une importante installation gazière mi-janvier 2013.

Elle va rebondir en 2014, grâce à une augmentation modérée de la production d’hydrocarbures et au programme d’investissements publics couvrant la période 2010-2014 (construction de logements, de routes et de voies ferrées). Toujours soutenue par les hausses des salaires du secteur public ainsi que par le subventionnement des produits de base, la consommation privée pourrait également être dopée par un éventuel assouplissement des conditions de crédit, de même que l’investissement privé.

L’inflation devrait rester modérée grâce à une politique monétaire prudente, au plafonnement des prix des produits alimentaires, à une baisse des droits de douane sur ces produits et à une meilleure gestion de leur distribution.

Faible endettement publicet solide position financière extérieure

La dépendancedes comptes publics aux hydrocarbures perdure, puisqu’ils représentent environ 70% des recettes de l’Etat. Avec la tenue de l’élection présidentielle, l’année 2014 devrait se traduire par une légère augmentation du déficit budgétaire. En tout état de cause, les revenus des hydrocarbures mis en réserve dans le Fonds de Régulation des Recettes permettent de financer ce déficit et le pays bénéficie d’un faible endettement public.

L’excédent commercial doit connaître un nouvel effritement en 2014, malgré les exportations d’hydrocarbures – représentant 97% des recettes en devises – et des cours devant rester robustes. Ces exportations sont soutenues par la mise en service en 2013 du site de production de gaz de Menzel Ledjmet Est et du champ gazier et pétrolier d’El Merk, ainsi que par celle, en 2014, de deux nouveaux terminaux de gaz naturel liquéfié à Arzew et Skikda. L’Algérie reste, néanmoins, assez largement tributaire de l’Europe pour son commerce extérieur et les perspectives moroses dans cette zone risquent de freiner les ventes algériennes. De plus, les achats d’hydrocarbures par les Etats-Unis seront limités par le développement sur place de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste.

Par ailleurs, les importations resteront contraintes par les mesures restrictives prises par les autorités depuis 2009, en dépit d’importants achats de blé, dont l’Algérie est l’un des plus gros importateurs au monde, et de biens d’équipement liés au développement des infrastructures.

Dans ce contexte, la balance courante sera tout juste excédentaire, son fléchissement étant aussi imputable à une hausse du déficit des revenus et à une diminution des transferts nets.

Toutefois, d’importantes réserves de change (un peu moins de trois ans d’importations) confortent une situation financière extérieure déjà solide. En outre, la politique active de désendettement extérieur, via notamment l’interdiction pour les entreprises d’emprunter à l’étranger, maintiendra le ratio dette/PIB à un niveau très faible (moins de 3%).

Des défis dans les domaines politique, social, sécuritaire et des affaires

Après quinze ans à la tête de l’Etat, le président Abdelaziz Bouteflika, âgé de 77 ans, a été réélu mi avril 2014 pour un quatrième mandat de cinq ans.

Au regard des soulèvements intervenus depuis début 2011 dans d’autres pays arabes, le pouvoir a pris des mesures destinées à lutter contre le chômage des jeunes et à augmenter les logements sociaux, afin de désamorcer la contestation politique et sociale.

Si la situation sécuritaire semble s’être relativement améliorée, l’activisme de groupes islamistes radicaux s’est intensifié aux frontières sud du pays, comme l’illustre l’attaque terroriste, mi janvier 2013, de l’important site gazier d’In Amenas.Cela accroît donc la prudence de certaines firmes étrangères.

Par ailleurs, des restrictions visant les importations et les investissements étrangers – dans le but de protéger l’économie locale et de promouvoir les industries nationales – ont été introduites par la loi de finances complémentaire de 2009. Le cadre légal des affaires reste ainsi peu propice à l’expansion du secteur privé et des investissements étrangers, hormis le secteur des hydrocarbures et des cas particuliers comme l’usine automobile Renault en construction à Oran. Toutefois, des mesures d’assouplissement ont été introduites par la Loi de finances 2014. Les procédures d’agrément des projets d’investissements directs étrangers ou d’investissements en partenariat avec des capitaux étrangers sont allégées. En outre, alors que depuis 2009 le crédit documentaire était devenu le seul moyen de paiement des importations, cette loi rétablit le paiement avec remise documentaire

CCIAE

Siege :
N 13 bis, Rue Capitaine si Merbah,
Hai El Moudjahidine, Oran
Tel/Fax : + 213 41 40 07 51
Mobile : + 213 05 60 97 76 57
E-Mail : contact@cciae.org

Annexe:
6, Rue AMOKRANE MOUHOUBI, El Biar
16002 Alger
Tel/Fax : +213 (0) 21 92 47 03
Mobile : +213 (0) 560 22 78 51
E-Mail : contact@cciae.org

Recevez notre lettre d’informations

inscrivez vous pour recevoir l'ensemble de l'actualite Algero Espagnole